Le retour d’un volontaire…Il ne reste qu’un rêve ?

Posted by on Fév 19, 2012 in Non classé, Non classé | One Comment

Avant de partir…

Avant de partir, j’avais presque plus d’appréhension pour le retour en France, que pour ma mission en elle-même. Evidemment, on glane des informations auprès des volontaires qui reviennent tout juste et on les voit plein de mélancolie, un peu perdus, sans patrie parfois…

Avant de partir donc, on se dit que la seule difficulté sera le retour en France. On s’imagine déjà traverser notre pays comme un étranger, parler à ses amis de choses nous paraissant vaines et absurdes… En bref on s’attend à subir la somme de tous les symptômes (seulement négatifs) du retour de voyage.

Rassurez-vous il n’en est rien… Notre chère nourriture, nos débats interminables, nos diners familiaux, nos sorties, aussi éphémères soient-elles, sont autant de manques quand on est loin, qui se retrouvent avec joie ! On en est presque déçu : « Mais enfin j’ai côtoyé la pauvreté… Je devrais être dégouté par la richesse… J’ai vécu des choses indescriptibles…Je devrais être rongé par la mélancolie ! ».

Loin de moi l’idée que 6 mois de péripéties ne laissent pas de marques, mais elles ne sont pas de la même nature que celles dont on a pu me faire imaginer et anticiper la douleur.

Les fruits du don…

Le fait de vivre dans un milieu étranger et exigeant nous permet de faire l’expérience de notre pauvreté. De cette situation, nous obligeant à l’humilité, découlent deux fruits immenses :

  1. Nous relativisons totalement la valeur de nos compétences et savoir-faire : Etudes, qualités… tout cela n’a plus vraiment de valeur. Nous sommes servis par les mêmes gens que nous voulions aider. Dans un second temps alors, nous pouvons nous donner, mais non plus en apportant compétences et savoirs, mais en se donnant nous-mêmes en tant que personne.
  2. Nous nous oublions totalement. Le fait de se mettre au service de quelqu’un permet, inconsciemment, d’oublier tous les problèmes qui nous concernent et qui pour la plupart sont très vite jugés comme sans importance.

La très grande simplicité acquise par un don total à sa mission nous permet de revenir transformés intérieurement et calmes, mais alors calmes… La vraie paix intérieure !

Subsiste le rêve…

L’expérience de 2, 6 ou 12 mois, est bien trop différente de tout ce qu’on a pu vivre en France pour établir des comparaisons. Il en résulte que le souvenir se disperse à une rapidité fulgurante. On se raccroche alors à des événements précis et on finit par se demander s’ils sont bien arrivés, ou si, du moins, ils NOUS sont arrivés ! La mission devient un rêve un peu trop réaliste, duquel on se réveille embrumé, ne sachant plus ce qui tient du rêve ou de la réalité.

Chers sages dont la mémoire fait défaut, sachez que tous les jeunes volontaires savent ce que vous ressentez !!

 


1 Comment

  1. Sabine Caron
    21 février 2012

    Ce pourquoi la “solidarité” internationale (ou locale, idem) prend alors un tout autre sens…
    En aller-retour… ce qu’on découvre, c’est une belle réciprocité !
    Là où l’on s’attend à donner, on reçoit et ce qu’on s’attend à donner, n’est pas toujours ce qu’on imagine. On s’oublie et c’est à croire que ça ouvre précisemment la porte qu’il faut pour vraiment apprendre à donner et à recevoir, tout court, même à travers les gestes/connaissances (à-priori) les plus simples 🙂
    Merci pour ce retour.
    Et bravo pour vos initiatives !

    Reply

Leave a Reply