Nouvelles de Mae Woei – Mai 2014

– Par Pauline, volontaire pour la coopérative de tisserandes de Mae Woei –

Un début de mois de mai à Maewe

Tako a ? (Tu as chaud ?)

Tako dodo ! (Oui, il fait très chaud !)

C’est le refrain qui entame chaques conversations en ces jours de mai, où la chaleur se fait de plus en plus lourde et moite, ici, à Maewoei.

Pourtant la vie du village bat son plein. Les allers-retours entre Maesot et Maewoei remplissent des voitures d’élèves en vacances, de jeunes en partance ailleurs, de professeurs de retour au village, d’invités aux mariages voisins… Les épiciers offrent toujours leur accueil amical, les femmes continuent à tisser à temps plein, et même Mokafé, l’éléphante du village, est mise à contribution pour la construction des maisons.

C’est que la saison des pluies approche – déjà des orages ont été aperçus dans les vallées voisines ! A présent, on n’attend plus que la première pluie. Elle rafraîchira pour un temps les terres desséchées. D’ici l’établissement des pluies régulières, les hommes et les femmes se hâtent aux rizières : tout doit être prêt au bon moment. Les travaux agricoles sont difficiles : en rizière plane comme en rizière de pente, brûlis, désherbage, labour et plantation des grains de riz.

Image

 

La coopérative de Terres Karens à Maewoei s’intègre dans l’activité générale. Le fil est vendu régulièrement, et souvent à des habitants de villages voisins qui profitent du magasin et de ses bas prix pour s’approvisionner. Les tissages vont bon train ; chaque dimanche, autour de Kitirot, la salle se remplit de femmes tenant leurs deux lés de tissu au bras ! Si la demande de travail est forte, ledit travail est toujours bien fait, et c’est un plaisir de voir sécher les beaux lés amidonnés en se promenant dans le village. De nouveaux motifs, lancés par Lily (volontaire styliste modéliste) sont en phase de test, et, au vu des premiers rangs tissés, très prometteurs !

Évolution de l’atelier de couture

Les couturières  bénéficieront bientôt d’une machine à coudre électrique, grâce aux travaux de Guillaume, volontaire MEP, qui a installé quatre panneaux solaires sur le toit du bâtiment ! La gérante, Bleshri, se forme désormais à l’anglais par les cours journaliers de Guillaume et moi, et apprend peu à peu à faire fonctionner l’atelier indépendamment de la coopérative-même.

De beaux projets en cours donc à Maewoei, pour lesquels les volontaires sont désormais accompagnés d’une nouvelle colocataire : Nathalie, gibbon de deux ans, a emménagé il y a peu parmi nous ! C’est par un de ses petits cris de joie, accompagné de son sourire (oui, elle sourit !) que j’aurais aimé terminer cet article… vous l’imaginerez !

 

Image

 

Leave a Reply