De nouveaux salariés chez Terres Karens

– Par Guyonne et Hubert, volontaires MEP pour Terres Karens à Mae Sot –

Rourourou … la maison est retournée, les voisins alarmés ! Tout le monde se demande bien ce que sont ces doux roucoulements qui résonnent depuis quelques heures. Et bien, figurez-vous que La Koupa et Guyonne, les deux compagnes d’Hubert font désormais parties du décor. Ces tourterelles ou pigeonnes, nous n’avons toujours pas réussi à déterminer l’espèce animale, nous enchantent dès l’aube.

Sans titreNous les gavons de douces miettes, de graines complètes, d’eau fraîche et surtout d’amour afin qu’elles prennent plaisir à roucouler gentiment dans leurs cages, sans complaintes. Malheureusement, après une semaine d’absence, notre chère voisine nous apprend que l’une des deux cages est vide … Miladoui, v’la ti pa que la madonne nous a échappé ! Serait-ce parce que les belles mains de son maître ne passaient plus les barreaux depuis quelque temps ? Ou bien, aurait-elle connu une mort tragique, dévorée par un matou.

Non, non … rien de tout cela car elle nous est réapparue un beau jour de pluie, affamée. Son retour nous a assuré qu’elle savait voler mais surtout qu’elle connaissait le chemin pour rentrer. Le duo repart de plus belle !

Retour de la princesseDîtes moi, pourquoi donc tout ce chahut ! Nous vous rappelons que nous travaillons pour la  multinationale « Terres Karens » et que la communication entre le village du magasin de fil Mae Woei Klo et Maesot est nulle … Il n’y a pas encore la 3G dans la jungle.

Alors ces belles créatures permettraient de jouer le rôle de « courtiers »… Voici donc la première ligne de communication Maesot-Maewoei dans l’histoire du village.

Espérons qu’elles ne prennent pas goût à l’alcool de riz, ou pire encore, qu’elles ne passent pas dans la casserole du chef du village.

Lakoupe & Guyonne

Leave a Reply