Des nouvelles des projets à Mae Woei !

Départ de Cyrille – arrivée de Florian et autres péripéties à Mae Woei

Par Florian, volontaire à Ma Woei Clo

Le village de Mae Woei Clo est le lieu où se trouve la coopérative Terres Karens et un des ateliers de couture qui servent à confectionner les produits vendus en France.

Cyrille y était volontaire depuis 3 mois, il est parti début Octobre. Je le remplace depuis ce moment. Pour fêter son départ, une prière avait été organisée à la maison du volontaire où de nombreux villageois sont venus. Comme c’est la tradition ici, celui qui reçoit pour la prière chez lui offre ensuite des petits gâteaux et quelques boissons. L’évènement étant cette fois-ci particulier, les victuailles étaient bien fournies et la soirée s’est prolongée tard avec des rires et des chants. Je pense pouvoir dire que Cyrille s’en souviendra longtemps.

cyrille grpeSuite à son départ, j’ai donc repris les rênes du projet sur place. La mission au quotidien consiste à gérer les deux éléments sur place : le magasin de fils et l’atelier. Pour ce qui est du magasin, il faut gérer les ventes (en karen dans le texte) avec les femmes de Mae Woei et des villages alentours, tenir la caisse et suivre l’évolution du stock de fils pour éviter les ruptures et en commander à temps. Le mois dernier, nous avons vendu l’équivalent de 15,000 baths de fils.

DSC00055

Pour ce qui est de l’atelier de couture, il est plus autonome car supervisé par la fantastique Bleshrih. Elle fait le lien entre les couturières et le volontaire pour les instructions sur les produits à réaliser et pour l’aspect gestion qui comprend les stocks de cotonnades (divers petites pièces à acheter qui servent à la confection : fermetures éclaires, écussons, toile cirée…), le calcul du coût de revient des produits et le salaire des couturières. Le choix des produits est fait avec les volontaires de Mae Sot en fonction des retours des points de ventes en Lanthanide et de la France.

Tout ce petit monde est assisté par l’incontournable Kitirot, qui, de la réparation des machines à coudre aux commandes de fils en passant par tous les imprévus possibles et imaginables, a réponse à tout.

Mon quotidien est donc en partie occupé par cela mais le reste du temps il s’agit de le partager avec le village. Les activités ne manquent pas et arrivent toujours à l’improviste : pêche au filet en remontant la rivière, chasse dans la jungle, travail à la rizière, moments de la vie religieuse très active du village et en partie liée au cycle de la culture du riz…

Tout cela entrecoupé de quelques descentes à Mae Sot pour livrer les commandes de produits et de lés au couple de volontaires sur place (les fantastiques Benoît et Yzé partis en octobre [remplacés par Solenne]) qui s’occupe ensuite de la vente de d’autres ateliers de couture. C’est aussi l’occasion pour moi de reconnecter avec la France car Mae Woei ne dispose d’aucun moyens de communication (téléphone ou internet), de parler un peu français et bien sûr de diversifier un peu mon régime alimentaire avec autre chose que du riz !

DSC00168

Je retourne bientôt dans ma vallée donc je vous salue tous et je vous dis à très vite, lors de ma prochaine descente !

Leave a Reply