En avril, la coopérative vend encore du fil – Avril 2011

Par Alexis BALMONT, volontaire pour les Missions Etrangères de Paris, responsable du projet ‘coopérative’ pour l’association Terres Karens. Alexis, parti en septembre 2010 pour créer une coopérative au village de Mae Woei Clo, initie le projet cette année en organisant les tisserandes du village.

La phase de croissance touche à sa fin

Le stock de tissu est constitué !

Deux cent lés de tissu : c’est le stock que nous avons constitué en plus de nos commandes pour pouvoir proposer un service uniforme sur toute l’année. Qu’il pleuve, qu’il vente, ou que les tisserandes boudent, nous pourrons proposer un service à nos clients en puisant dans notre armoire. Il s’agit donc, à partir de maintenant, de transformer les pièces de tissu hebdomadaires en produits finis (grâce aux couturières de Mae Tan ou de Mae Saï) pour les placer dans des boutiques de la région, ou les envoyer à l’équipe du projet K4K en France.

Quelques lés de tissu de la coopérative en cascade …

Les tisserandes sont fidèles …

Les hommes sont repartis aux champs, mais la production n’a pas baissé … ! Les femmes ont donc choisi de nous faire confiance et ont fait du tissage un métier à plein temps.

Deux-tiers des références sont en magasin

Grâce aux dons, la coopérative continue à s’équiper en couleurs pour pouvoir proposer aux tisserandes le plus de références de fils possible. Dans la gamme du fournisseur qu’elles ont choisi, il reste encore 44 couleurs. Dans un mois, elles seront en magasin !

Un projet pour la rentrée prochaine : un bâtiment

Une petite pièce ne suffit plus  pour stocker les fils proposés aux tisserandes. Le succès de la coopérative de tissus est confirmé par six mois d’activité et de croissance ; la confiance est acquise et tous ne demandent qu’à étendre les activités de la structure à d’autres secteurs (riz, essence). Il est temps aujourd’hui de prévoir la construction d’un bâtiment pour organiser nos activités, et continuer de les développer.

Le bâtiment s’inscrira dans un projet plus global : la coopérative s’insérera derrière une maternelle (pour que les jeunes tisserandes gardent un œil sur leurs enfants), et proposera un potager alimenté par … les nouvelles toilettes de l’école primaire ! Voici un aperçu de ces bâtiments que nous espérons pouvoir commencer à construire dés la fin de la saison des pluies, en octobre prochain.

De gauche à droite : l’école (déjà construite), la maternelle et les toilettes, et … la coopérative !

Le plan de la cooperative

Vue de face

Vue arrière

Vue de haut

Coupe vue de haut – face

Vue de derrière, avec son potager

Si tout se passe bien, ces bâtiments devraient être financés en grande partie par une caisse constituée par les bénéfices des premières ventes de l’équipe en France.

Vie privée, vie publique

Si beaucoup de femmes m’ont avouées qu’elles se débrouillaient dans les premiers mois pour se procurer du fil quand je n’étais pas chez moi, ou qu’elles envoyaient une audacieuse ambassadrice un peu plus courageuse que les autres prendre se procurer du fil chez le ‘grand gars à la peau blanche et au grand nez’ (mes trois caractéristiques principales ici), en voyant avec le temps que je mordais personne ni n’en insultais aucune, la tendance s’est inversée. Parfois un peu trop. D’aucunes n’hésitent plus à aboyer mon nom avant même que les premiers coqs ne se réveillent pour m’acheter trois bobines et me demander un peu troublées quand même par mon air rogue : ‘Tu es malade aujourd’hui ? Tu dors beaucoup ! Il est déjà presque cinq heures du matin !’.

Chodiphi, grande specialiste des reveils matinaux …

Un bâtiment distinct de la maison du volontaire pourrait au moins épargner le sommeil de mon successeur …

Créer du lien social …

Aujourd’hui, la plupart des tisserandes se regroupent dans la maison des unes ou des autres pour pouvoir, tout en travaillant, échanger leurs ragots sur les amourettes des plus jeunes ou les dernières nouvelles des jeunes partis à Bangkok. C’est une réalité bien connue de tous les volontaires de la région que, même sans réseau téléphonique et sans internet, l’information circule dans la montagne à une vitesse étonnante. Les cercles de tisseuses font partie de ces réseaux de cancaneries mystérieux par lesquels on peut, avec un peu de patience et quelques flatteries, obtenir les dernières nouvelles de la vallée. Par ce phénomène, les rassemblements de tisserandes sont naturels et recherchés.

L’idée serait de proposer aux tisserandes un endroit pour réunir celles qui le souhaitent, à proximité du magasin de fil et de la maternelle.

Une affaire à suivre (encore une…) !

Visite de l’équipe de Bangkok

L’équipe de Bangkok est montée à Mae Woei ! Deux jours dans la montagne pour réunir toute notre équipe ‘Thaïlande’ autour des tisserandes et renforcer notre collaboration avec l’équipe des femmes d’Esprit Karen. Au programme : visite de l’atelier de MaeTan, et rencontre des tisserandes de Mae Ou La Clo et Mae Woei Clo. Quelques photos de la rencontre !

L’équipe Esprit Karen de Bangkok en route vers Maewe …

Porimoh découvre une trousse Esprit Karen faite avec du tissu … de Mae Woei Clo !

Kitirot et la cheffe des tisserandes de Mae Ou La Clo

Kupomoh en plein travail sous l’oeuil attentif de toute l’équipe

Un nouveau coéquipier : Molly

Molly, petit singe déniché sur la route de Mae Woei Ta, a intégré notre équipe il y a maintenant deux mois. Très vite adopté par les jeunes et les moins jeunes, il contribue sans trop s’en douter à l’intégration de son maître, le ‘grand gars à la peau blanche et au grand nez’.

Quelques nouvelles de la vallée …

Par Foulques Le Tarnec, volontaire pour les Missions Etrangères de Paris. Foulques, en école de commerce à Marseille, est arrivé en Thaïlande fin janvier. Sa mission : trouver de nouveaux débouchés pour la coopérative en coordonnant notamment la mise en place d’une filière de commerce équitable, K4K, qui exporterait des produits à l’étranger.

Entre les démarches administratives, les recherches de fonds, les évolutions du terrain et les renseignements logistiques, le dernier mois a été bien rempli ! Au-delà de ces différentes missions, le fait marquant du mois d’Avril a été les quelques jours que nous avons partagés à Mae Woeï Clo avec les tisserandes, Khem et Chichi (les couturières), Céline, Delphine, Julie, Françoise et Estelle (une partie de l’équipe Esprit Karen Bangkok), Marion, Alexis et Kitirot. Outre la possibilité de déguster quelques mets difficilement accessibles depuis Mae Woeï Clo (saucissons et gâteaux au chocolat, préparés par l’équipe Esprit Karen Bangkok), ce week-end « corporate » a surtout été l’occasion pour chacun de découvrir l’univers de l’autre. L’équipe d’Esprit Karen a ainsi pu découvrir les conditions de travail des tisserandes et découvrir sur le terrain quels étaient les effets de la coopérative tandis que les tisserandes ont pu apercevoir les produits que l’équipe Esprit Karen réalisait à partir des lés tissés. La réaction des femmes tisserandes face au « trois en un » (sorte de trio suspendu dans lequel l’on peut déposer toute sorte d’objet) était assez…étonnante ! Bref, cette rencontre a permis aux différentes parties de mieux se connaître et de réaliser que tous les efforts consentis depuis le début du projet en valent la chandelle !

 S’en sont suivis des rendez-vous à Bangkok auprès d’entrepreneurs, d’exportateurs et de transporteurs pour définir au mieux le processus que doivent respecter les produits finis depuis leur sortie de l’atelier de couture de Mae Saï. Il est donc arrêté que la coopérative s’associera avec une entreprise exportatrice de produits (textiles si possible) en France afin de simplifier les démarches administratives. Une fois en France, les produits seront alors à nouveau sous le giron de Terres Karens. Cette étape à Bangkok a aussi été l’occasion de récupérer des fonds confiés par l’AFB (Accueil Francophone de Bangkok) qui seront alloués à l’achat de nouvelles couleurs de fil de Chiang Maï.

Après quelques jours de repos nécessaires pour le renouvellement de mon visa au Cambodge (où j’ai fait d’une pierre deux coups : tampon sur mon visa et visite d’Angkor, avec une large préférence pour la seconde pierre !), j’ai dû rester quelques jours de plus à Bangkok : le pays était « paralysé » à cause de Sonkran (nouvel an local qui dure cinq jours pendant lesquels le pays se transforme en terrain de jeu pour une bataille d’eau géante). Après plusieurs seaux d’eau dans la tête du « farang » (moi), me voilà de retour à Mae Sot (après avoir lavé mon honneur) où les quinze prochains jours vont être intensifs ! Les produits réalisés par l’atelier de Mae Saï vont en effet être livrés la semaine prochaine ! Après un contrôle qualité sous l’œil exercé de l’équipe Esprit Karen Bangkok, ils seront expédiés en France… où l’équipe locale pourra enfin voir le résultat de leur travail ! Les quinze prochains jours seront aussi l’occasion de continuer les procédures de déclaration de la coopérative et de réaliser les derniers ajustements logistiques.

Quelques nouvelles de Paris (K4K) … une invitation !

Les Missions Etrangères de Paris vous ouvrent leurs portes le 28 mai pour une vente privée dont tous les profits seront reversés à l’association Terres Karens ! Soutenez nos projets en venant découvrir nos produits et accessoires de mode, et … plongez en terres karens !

Invitation aux MEP le 28 mai !

Et le mot du bureau !

Le mois dernier, la décision de lancer la première production de produits en Thaïlande en vue d’une première vente privée en France a été prise. Toute l’équipe s’est donc mobilisée afin que ce premier événement soit une réussite. Dans le but de définir exactement l’action de K4K, nous avons multiplié les rencontres. Ces dernières nous ont permis d’avancer et d’affiner le projet. La coopérative est désormais bien établie et son bâtiment est conçu virtuellement.

Des premiers partenaires nous font confiance : l’Accueil Francophone de Bangkok, le séminaire Saint Sulpice, et nous avons remporté le concours organisé par la Coordination des Jeunes Promotions de l’Ecole Centrale Paris. Si vous souhaitez soutenir nos projets, n’hésitez pas à télécharger et à diffuser la présentation de nos initiatives !

Terres Karens – Présentation





Leave a Reply