Passation réussie ! Octobre 2011

Par Augustin Duport, volontaire pour les Missions Etrangères de Paris. Augustin est arrivé depuis maintenant deux mois. Impressions et premiers bilans…

Arrivé le 19 août à la coopérative de Mae Woei Clo, Augustin est laissé seul par Alexis (depuis rentré en France) 4 jours plus tard. Il a donc entre ses mains la responsabilité d’un projet entamé il y a plus de dix mois. Face à lui, un immense défi empreint d’incertitudes mais aussi d’espérances. Une inquiétude naturelle l’habitait mais sa volonté et son engagement l’ont aidé à relever cet objectif et répondre ainsi aux espérances des Karens. Cette adaptation a été facilitée par trois aspects essentiels : le soutien et la rassurante présence de Marion venue a Mae Woei Clo une semaine durant après le départ d’Alexis ; la prise en main du projet par les karens eux-mêmes ; et le soutien de l’équipe française : Alexis n’étant parti que physiquement, et conseillant Augustin tous les WE, ainsi que du soutien de tout les acteurs investis dans le projet. Après 2 mois de mission, Augustin prend ses marques tout en continuant d’apprendre (la langue, les coutumes, le fonctionnement de la coopérative, etc.)

Augustin et Kitirot

La coopérative a aussi beaucoup évolué durant cette période. Après avoir laissé les tisserandes confectionner les lés de leur choix pour évaluer l’étendue de leur créativité, la coopérative répond désormais à des commandes déterminées. Depuis deux semaines, un tableau indiquant les commandes d’Esprit Karen Bangkok et d’Esprit Karen France a ainsi été installé dans la coopérative. La prise de conscience de la rigueur qu’impliquent les commandes est maintenant effective pour l’ensemble des tisserandes de Mae Woei Clo. D’autre part, Augustin s’est penché sur la question de la vannerie, qui pourrait concerner les hommes du village. La coopérative s’est ainsi dotée de 70 paniers pour ranger les fils et les protéger. La prochaine étape sera d’évaluer les différents produits pouvant être réalisés et leur possible commercialisation en Thaïlande.

Des paniers dans la coopérative !

Maesot :

Par Adélaïde Asselot, volontaire pour les Missions Etrangères de Paris ; et Marion Le Coz, volontaire pour Enfants du Mékong.

En mission d’un an pour Enfants du Mékong, Marion Le Coz a participé au projet Esprit Karen qui a vu le jour il y a 4 ans en Thaïlande. Pendant cette année, ce projet a beaucoup évolué, notamment avec la création de la coopérative de tisserandes et le développement de la filière française. Cela a demandé beaucoup de coordination entre chacun des pôles : équipe de Bangkok, coopérative, atelier de coutures, équipe en France, etc. Marion a été ravie de participer au développement de ce projet. Il reste encore de nombreux défis à relever et la perspective de pouvoir s’investir lors de son retour en France est très motivante.

Marion et Kitirot

Thibault et Adélaïde Asselot sont arrivés à Bangkok le 6 septembre et remplaceront Foulques Le Tarnec (parti en juillet) et Marion Le Coz. Après un mois de cours de thaï, ils vont enfin rejoindre Maesot le 22 octobre pour un an. Leur mission sera de faire l’intermédiaire entre la coopérative de Mae Woei Clo, les ateliers de couture, Esprit Karen Bangkok et Esprit Karen France. Il y a actuellement deux ateliers de couture chargés de confectionner des produits avec les lés. L’un est situé à Maetan, à 1h30 en voiture de Maesot et fait travailler trois couturières Karens à plein temps. Les produits sont destinés à Esprit Karen Bangkok. L’autre atelier se trouve à Maesai, ville la plus au nord de la Thaïlande située à 9h en voiture de Maesot. Cet atelier appartient à une école fondée par la communauté de Bétharam où des étudiantes apprennent notamment la couture. Les produits qui y sont confectionnés seront destinés à la France. Actuellement, la collection de Noël est bloquée à Maesai à cause des inondations qui frappent la Thaïlande depuis plusieurs mois. Les routes joignant le nord au sud du pays sont presque toutes fermées empêchant l’acheminement des produits jusqu’à Bangkok.

Néanmoins, Bangkok est une des rares villes à être encore épargnée par l’eau ; mais n’étant qu’à deux mètres au dessus du niveau de la mer et étant traversée par le Chao Praya, qui peut sortir de son lit à tout moment, la capitale est loin d’être à l’abri. Des quartiers entiers se barricadent derrière des murs de sacs de sable et des centaines de pompes à eau ont été déployées aux abords du Fleuve. De plus, suite à la demande du Roi, des milliers de bateaux  ont parcouru le fleuve pour créer un fort courant et ainsi permettre à l’eau de s’écouler plus rapidement vers la mer. Ces inondations ont déjà fait plus de 300 morts et des millions de victimes.

Inondations à Bangkok (photo : lemonde.fr)

 

En France :

C’est la rentrée ! Après un ralentissement des activités dû aux retours des volontaires et aux vacances, l’association repart de l’avant ! Grâce à des volontaires reposés et disponibles, le projet va pouvoir se développer plus amplement. C’est dans cette optique que toute l’équipe s’est réunie le vendredi 7 octobre. Au programme de la réunion : la réorganisation des pôles et les événements à venir. En ce qui concerne le premier point, l’association s’est agrandie ! (pour plus d’information, consultez l’organigramme sur http://www.terres-karens.org/pages/notre-organisation/notre-organisation.html). Cette réorganisation a aussi permis une meilleure affectation des volontaires selon leurs compétences.

Les événements à venir sont quant à eux dans la continuité des démarches effectuées l’an dernier : multiplication des ventes de produits karens (consultez l’agenda !) et démarches relationnelles et administratives pour développer au mieux le projet et aider ainsi un maximum de femmes dans la montagne.





Leave a Reply