Petite présentation…

Posted by on Mar 17, 2012 in Culture karen, Non classé | No Comments

Faustine est une ancienne volontaire des Missions Etrangères de Paris.  Elle a passé un an dans un village proche de Maesot. A son retour en France, elle a choisi de se pencher un peu plus sur cette population à travers une licence en ethnologie.

J’aimerais vous parler du peuple Karen, d’un point de vue historique, géographique, puis sous un aspect plus socio-culturel. Je parlerai de leur mode de vie, leur système de parenté et de leurs religions.

J’espère que ces posts nous aideront à mieux comprendre cette population, son histoire, sa vision du monde et son évolution au fil du temps. J’aimerais d’ailleurs que d’autres volontaires, de retour ou encore sur le terrain, n’hésitent pas à me faire part de leurs observations qui viendraient contredire ou corroborer mes dires, car les Karen de Thaïlande, et de Birmanie ne sont pas un peuple uniforme, et mon passage dans ce pays ne m’a pas permis de tout voir. Je ne suis qu’un petit grain de riz dans la rizière, j’ai encore beaucoup à apprendre !
J’aimerai aussi aborder la question du vêtement, car c’est ce qui était au cœur de ma mission chez les Karens ( je m’occupais d’un atelier de couture et de tissage). J’aimerai vous présenter les vêtements Karen, autrement que sous le simple aspect esthétique que nous connaissont, mais aussi  comme une forme de représentation sociale et comme élément d’appartenance ethnique à part entière.

Je commencerais ici une brève présentation du peuple Karen, que je poursuivrai dans d’autre post.

D’après les sources que j’ai trouvées, les Karen représentent environ quatre à cinq millions de personnes : 90% vivent en Birmanie, et 10% en Thaïlande, certains depuis plus de trois cent ans. Mais on en trouve également, du fait des migrations aux États-unis, et dans plusieurs pays d’Europe.

Nous essayerons de répondre à la question “qui sont les Karen ?”… et nous nous appuierons pour cela sur différents auteurs.

Pour Lehman, être Karen revient à s’attacher à une catégorie ethno-linguistique particulière. Pour lui, l’identité ethnique a beaucoup à voir avec la capacité des peuples à s’adapter, en particulier à leur environnement socio-politique et à d’autres peuples. D’ailleurs, dans son article, il fonde toute sa théorie de l’appartenance des Kayah (sous-groupe karen) à l’ethnie Karen, sur l’usage de la langue. Les éléments de toilette, ont également été considérés comme des marqueurs d’identité culturelle, mais toujours de manière incomplète.

Dans Lewis (1984) les auteurs y comparent les différents peuples de cette région de l’Asie du Sud-est, mais ne traitent la question des Karen que du point de vue des Sgaw et des Pwo, ce qui, nous le verrons par la suite, est incomplet. Les petits sous groupes sont inexistants dans la littérature Karen, et ont peu fait l’objet d’études.

Pour ma part, il me semble plus instructif d’évoquer en premier lieu quelques points historiques, et politiques afin de mieux appréhender la spécificité du peuple Karen.

Les Karen sont l’une des principales minorités ethnique d’Asie du Sud-est. Ils vivent essentiellement en Birmanie. Marshall (1922) écrivait que ce groupe vivait « in the easternmost province of the British Indian Empire, in the Indo-Chinese peninsula, and in the adjoining country of Siam to the east. They are found between the tenth and twenty-first degrees of north latitude and between the ninety-fourth and one hundredth degrees of east longitude. » Aujourd’hui les karen vivent toujours en Birmanie, dans l’état karen et dans l’Etat Kayah, mais aussi le long de la frontière Birmano-Thaïe, en Thaïlande, dans les régions de Chiang-Rai, Mae Hong Son, Chiang-Mai, Lampang, Sukhotai, Nakon Sawan et Kanchananburi,. En Thaïlande les Karen représentaient 438 131 personnes en 2003, réparties en 1912 villages (PERVE, 2007). 

Comme j’ai cité plusieurs auteurs, je vous livre mes sources pour que vous aussi puissiez lire les auteurs dans le texte.

BIBLIOGRAPHIE:

  • LEHMAN, F. K., 1979, « Who Are the Karen, and If So, Why ? Karen Ethnohistory and a formal Theory of ethnicity », Ethnic Adaptation and Identity, the Karen on the Thai Frontier with Burma, C. F. Keyes (éd.), Philadelphia : Institute for the Study of Human Issues, pp. 215-253.
  • LEWIS, Paul et Elaine, 1984, Peuples du triangle d’or, Six tribus, Genève (Suisse), Olizane.
  • MARSHALL, H., 1922, The Karen people of Burma : a study in Anthropology and Ethnology, Ohio
    State University, Columbus.





Leave a Reply